ONDES
URBAINES

Ondes urbaines n°246 - 26/02/2020

Transport

Quatre questions à RATP Dev



Interview de Laurence Batlle, Présidente du Directoire de RATP Dev

RATP Dev, filiale du groupe RATP, exploite des réseaux de transport en France et à l’international. Comment vous développez-vous sur le territoire national ?
Nous exploitons et assurons la maintenance de réseaux de transport de voyageurs dans douze pays sur quatre continents.
2019 a été une année de fort développement. Aujourd’hui, RATP Dev en France est constituée de 50 filiales avec près de 5 500 salariés. Nous sommes présents en Île-de-France bien sûr, mais aussi dans les Hauts-de-France, en Grand Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Centre-Val de Loire, Pays-de-la-Loire et Bretagne.
Récemment, nous avons remporté sept appels d’offres : le CDG Express, la liaison ferroviaire directe qui reliera Paris Gare de l’Est et l’aéroport Paris-Charles de Gaulle, le réseau de tramway et de bus de l’agglomération Angers Loire Métropole, le réseau de bus, tram et téléphérique de Brest métropole, les réseaux de bus de Saint-Malo Agglomération, de la Communauté d’agglomération Creil Sud Oise et de la Communauté Urbaine Grand Paris Seine-et-Oise ainsi que celui de Quimperlé Communauté. Nous opérons du transport à la demande, du transport de personnes à mobilité réduite, mais aussi par câble, par bus et autocar, tramway et ligne ferroviaire, ou navette maritime avec, par exemple, le réseau intermodal de Lorient Agglomération.

Comment pourriez-vous définir votre mission d’opérateur de transport sur le terrain ?
Nous avons des valeurs fortes qui se traduisent par des engagements très concrets auprès des élus des collectivités territoriales : la sécurité, qui est une priorité absolue, mais aussi la qualité de service, la régularité et la ponctualité. Ce sont des fondamentaux mais la première de nos missions est de les remplir avec excellence. Nous mettons à la disposition de nos autorités les moyens de suivre nos opérations dans une logique de relation partenariale active.
L’innovation est également pour nous une évidence. Pour une mobilité fluide, articulant les modes classiques (bus, tramway…) et les modes doux, RATP Dev développe des applis sur smartphone qui permettent aux voyageurs de construire leur déplacement au plus simple et au plus rapide, d’acheter leur titre, de valider, d’être informés en temps réel…
Bien sûr, cette mobilité doit être respectueuse de l’environnement. Par exemple, nous exploitons depuis l’année dernière deux bus GNV hybrides à Bourges, une première en France ; nous avons aussi basculé au GTL une flotte complète de trente cars sur une ligne express entre Les Mureaux et La Défense.
Enfin, et ce n’est pas le moindre de nos engagements, la mobilité est due à tous : personnes à mobilité réduite, scolaires, seniors… avec des solutions nouvelles, comme du transport à la demande qui fonctionne comme un service de taxi collectif réservable à l’avance.
En tant qu’acteur solidaire, aux côtés de la Fondation du groupe RATP, RATP Dev s’inscrit dans une démarche proactive d’accompagnement du développement économique et social des territoires que nous desservons. Je crois pouvoir affirmer que tous les salariés de l’entreprise sont très fiers d’œuvrer chaque jour pour une mission de service public qui a du sens !

Avec la LOM, à quelles obligations les exploitants se préparent-ils dans un avenir proche ?
Notre société évolue rapidement et les besoins de mobilité augmentent. Parallèlement, les contraintes sociales et environnementales s’imposent de plus en plus fortement : il faut donc se déplacer mieux et autrement.
Nous attendions tous une nouvelle loi sur les mobilités, pour développer des offres dans les territoires qui sont encore trop mal desservis, pour passer d’une logique tout-automobile à des déplacements plus sobres en carbone et plus efficaces, pour inciter aux mobilités actives – le vélo, mais aussi la marche – et à de nouvelles mobilités, plus partagées. La loi permettra aussi le développement de plateformes numériques qui proposeront aux voyageurs toute une palette de services. Je m’en réjouis car c’est à tout cela que travaille RATP Dev chaque jour.
Grâce à la LOM, les 900 communautés de communes qui ne sont pas encore autorités organisatrices de la mobilité, ou bien les Régions si elles ne prennent pas la compétence, vont pouvoir proposer des services adaptés aux configurations territoriales, au plus près des besoins des habitants. En tant qu’opérateur de terrain reconnu aussi bien en milieu urbain qu’en zone peu dense, RATP Dev sera à leur écoute pour leur proposer des solutions sur mesure et efficaces.

Quelles vont être, selon vous, les priorités pour le prochain mandat en matière de mobilité ?
Les sondages des pré-municipales montrent à quel point la question des transports est au cœur des préoccupations des Français. Se déplacer est en effet un acte du quotidien. Chacun doit pouvoir se rendre à son lieu de travail ou d’études, visiter sa famille, mener des activités sportives ou culturelles, se faire soigner, etc. de manière fluide, sécurisée et pour un budget raisonnable. A cela s’ajoute une prise de conscience désormais très forte des effets du réchauffement climatique et, dans certaines zones, de la pollution locale. Les responsables politiques doivent aujourd’hui faire face à ces défis – comme les entreprises, comme chacun de nous. Il faut changer de paradigme.

 


Nombre d’entre eux envisagent des projets de transports en commun en site propre, de nouveaux bus GNV ou électriques, des zones piétonnes, des pistes cyclables… Il faut également rendre les transports publics plus attractifs car ils sont économiques et peu polluants par rapport à la voiture. Et faire de la pédagogie pour faire évoluer les comportements…
Nous accompagnerons les collectivités pour organiser les transports en fonction de la volonté politique et nous réaliserons les contrats dans une logique de qualité de service pour les voyageurs et d’optimisation financière pour les autorités.

n°246

26 Fév 2020

2






Partager sur :



Directeur de la publication
Présidente : Caroline CAYEUX, maire de Beauvais, présidente de la CA du Beauvaisis

Directeur délégué
Jean-François DEBAT, maire de Bourg-en-Bresse, président de la CA Bourg-en-Bresse Agglomération

Rédacteur en chef
Bastien Régnier

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Jean-Sébastien Sauvourel, Adrian Philip

Secrétariat
Anissa Ghaidi