ONDES
URBAINES

Ondes urbaines n°177 - 23/05/2018

Politique de la ville

Emmanuel Macron dévoile ses premières pistes sur l’avenir de la politique de la ville


Le Président de la République a réuni le Conseil présidentiel des villes mardi 22 mai 2018, et il s’est donné jusqu’au mois de juillet prochain pour établir concrètement sa nouvelle politique. Le lancement de la mobilisation en faveur des quartiers a suivi cette réunion avec des acteurs de la politique de la ville, dont de nombreux élus locaux. Villes de France était notamment représentée lors de cette manifestation par Jean-François Debat, maire de Bourg-en-Bresse et président délégué de l’association, ainsi que par Frédéric Leturque, maire d’Arras et secrétaire général. A la suite de la remise du rapport Borloo au Premier ministre, le lancement des pistes de sa « mobilisation en faveur des quartiers prioritaires de la politique de la ville » était très attendu. A cette occasion, Villes de France a exprimé sa position sur les axes de travail formulés. Ondes Urbaines revient sur quelques annonces particulières.
Sécurité et terrorisme
Déplorant la situation rencontrés dans les QPV en matière d’insécurité, de trafic de drogue et de radicalisation, le Président de la République a souhaité que les préfets échangent avec les maires sur la présence dans leurs communes des personnes fichées pour radicalisation islamiste identifiées comme les plus à risque, recensées dans le « Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) ». Il a souhaité tout spécialement que « l’on puisse avoir un protocole très clair du rôle et du partenariat des maires avec les préfets dans le cadre des Groupes d'évaluation départementaux, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ». Villes de France a salué cette annonce en affirmant qu’en ce « qui concerne la sécurité, la prévention de la délinquance, la lutte contre l’obscurantisme, les maires, acteurs de proximité, doivent être au cœur du dispositif. A ce titre, leur bonne information est à la base de tout travail sérieux de terrain. Le protocole de collaboration annoncé par le Président de la République entre l’État et les communes dans la lutte contre la radicalisation est une première étape ».
L’emploi et l’économie
Si Emmanuel Macron s’est longuement exprimé sur la possibilité pour les jeunes d’obtenir des stages (30 000 stages de troisième pour les jeunes des quartiers), et sur la nécessité pour les entreprises de mieux recruter les profils issus de la diversité, peu d’annonces concrètes ont été faites sur le développement économique des quartiers. Villes de France a de son côté insisté sur ce volet en précisant que « l’apprentissage, la formation, l’insertion, et l’encouragement aux entreprises locales et à l’emploi sur place, comme le retour des services publics, sont des priorités à engager vite, et peut-être mieux ! Pour Villes de France, les solutions doivent porter singulièrement sur la lutte contre la paupérisation des populations, en particulier grâce au développement économique des quartiers ». Un plan de bataille sur l’éducation et la santé a aussi été annoncé, sans propositions concrètes. Celui-ci devrait «faire l’objet d’une large concertation avec les élus locaux » selon Villes de France.
La cohésion des territoires
Emmanuel Macron a évoqué la future « Agence nationale de cohésion des territoires », assurant souhaiter garder l’ANRU, tout en faisant longuement état des nombreuses lourdeurs administratives. Il a souligné combien « nombre de nos territoires ont un problème d’équipement » et, dans le cadre de cette Agence nationale de cohésions des territoires, il déclaré vouloir en faire un « opérateur de rattrapage qui permette, dans les quartiers comme dans les zones rurales pour mobiliser les financements publics et tous les acteurs ». Dans son communiqué, Villes de France a rappelé que la « rénovation urbaine doit être une composante essentielle de la reconquête des quartiers ». Aussi, l’association Villes de France « attend des orientations concrètes redonnant aux bailleurs sociaux des marges de manœuvre financières leur permettant de mener à bien leurs actions ». Le rapport Borloo avait préconisé la création d'une nouvelle juridiction administrative, la « Cour d'équité territoriale ». Rejetant d’emblée cette proposition, le président de la République s'est plutôt dit favorable à « un débat d'évaluation de l'équité territoriale au Parlement » sur ce sujet. Emmanuel Macron a aussi annoncé d'ici juillet 2018 une opération « Cœur de quartiers » sur des premières

 

cibles de rénovation urbaine avec pour objectif de les faire sortir en six mois de leur situation dégradée.
- Discours prononcé par le Président de la République
- Revoir l’intégralité de la cérémonie et les discours
- Le communiqué de Villes de France

n°177

23 Mai 2018

2






Partager sur :



Directeur de la publication
Jean-François DEBAT, maire de Bourg-en-Bresse, président de la CA Bourg-en-Bresse Agglomération

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Jean-Sébastien Sauvourel, Adrian Philip

Secrétariat
Anissa Ghaidi