ONDES
URBAINES

Ondes urbaines n°135 - 07/06/2017

Finances

Comptes publics 2016 : lente baisse du déficit


D’après les derniers relevés de l’Insee (voir Insee première n° 1651), en 2016, le déficit public au sens de Maastricht s’est établi à 75,9 milliards d’euros, soit 3,4 % du produit intérieur brut (PIB). Celui-ci est en diminution de 2,8 milliards d’euros, en raison d’une réduction des dépenses plus importante que celle des recettes (respectivement -0,3 point de PIB contre -0,1 point).
Le déficit de l’État augmente, celui des administrations de sécurité sociale se réduit et les administrations publiques locales deviennent excédentaires. Le taux de prélèvements obligatoires est stable à 44,4 % du PIB. Le poids de la dette publique dans le PIB s’accroît de 0,7 point et atteint 96,3 %.
Administrations locales excédentaires, mais investissement en panne
De leur côté, en 2016, les administrations publiques locales sont excédentaires de 3 milliards d’euros, après un besoin de financement de 0,1 milliard d’euros en 2015. Les dépenses diminuent de nouveau (-0,8 %, après -0,9 % en 2015), tandis que les recettes ralentissent (+ 0,4 %, après + 0,9 % en 2015). En effet, les concours financiers de l’État continuent de baisser.
Du côté des dépenses, les rémunérations ralentissent en 2016 (+ 0,8 % après + 1,7 %), en dépit de la hausse du point d’indice de la fonction publique. Les dépenses de prestations et de transferts sociaux continuent de décélérer (+1,8% après +3,1% en2015 et +4,5% en 2014).
L’investissement local diminue à nouveau en 2016, mais moins fortement que les années précédentes (-3,3 % après -9,7 % en 2015 et -8,3 % en 2014).
Selon l’Insee, du côté des recettes en 2016, les prélèvements obligatoires des administrations publiques locales augmentent de 4,6 milliards d’euros. Leur croissance spontanée est plus rapide que celle du PIB, portée en particulier par le dynamisme des recettes de droits de mutation à titre onéreux dans un contexte de forte hausse des prix et du nombre de transactions sur le marché immobilier. Les taux d’impôt communaux et départementaux augmentent à nouveau sensiblement en 2016, en phase avec le cycle électoral et, en ce qui concerne les départements, pour faire face à leurs dépenses sociales. Les recettes de la taxe d’habitation sont toutefois grevées par la montée en charge de la mesure d’exonération en faveur des retraités modestes.
S’agissant des transferts financiers de l’État, la dotation globale de fonctionnement baisse de 3,3 milliards d’euros en 2016, après déjà -3,5 milliards d’euros en 2015.

n°135

07 Juin 2017

2






Partager sur :



Directeur de la publication
Présidente : Caroline CAYEUX, maire de Beauvais, présidente de la CA du Beauvaisis

Directeur délégué
Jean-François DEBAT, maire de Bourg-en-Bresse, président de la CA Bourg-en-Bresse Agglomération

Rédacteur en chef
Bastien Régnier

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Jean-Sébastien Sauvourel, Adrian Philip

Secrétariat
Anissa Ghaidi