ONDES
URBAINES

Ondes urbaines n°11 - 01/10/2014

Europe

Un agenda urbain européen... pour les métropoles ou pour les villes ?


L’Union européenne a lancé cet (18 juillet - 26 septembre) une consultation publique sur les politiques publiques européennes en matière urbaine, connues sous le nom d’ « Agenda urbain ».  Six questions étaient posées aux intéressés, portant sur la manière d’élaborer cet agenda, les objectifs à se donner, la méthode adéquat de concertation, et la façon dont la Commission pourrait affiner sa connaissance des territoires urbains européens.
Villes de France a répondu aux questions posées par la Commission, espérant qu’à terme, les villes de taille infra-métopolitaines soient elles aussi entendues dans ce débat trusté par les plus grandes villes, en particulier les membres du réseau eurocities. Ondes Urbaines revient ici sur la réponse formulée par Villes de France à la Commission.
L’urbain non métropolitain est encore de l’urbain !
Villes de France a insisté sur le rôle des villes dans le développement des territoires, et sur la nécessité de ne pas concentrer les efforts sur les quelques métropoles qui sortent du lot en Europe. La réalité urbaine européenne consiste en un tissu de villes petites et moyennes qui ont besoin du soutien de l’UE. D’ailleurs, l’UE ne reconnaît que Londres et Paris comme métropoles.
Villes de France a donc plaidé pour que l’UE affine sa connaissance des territoires urbains, et créée une typologie de villes (de la petite ville à la métropole) pour que chaque type de ville soit reconnue et que l’urbain ne soit pas assimilé, comme trop souvent en France, aux 14 métropoles issues de la nouvelle réforme, le reste étant désigné tour à tour d’interstice « ou de « monde rural ».
Un agenda urbain, périurbain et / ou rurbain ?
Villes de France a en outre plaidé pour que l’UE comprenne les spécificités des communes françaises aujourd’hui engagées dans la mutualisation au sein d’EPCI de plus en plus grands. Les agglomérations sont des territoires élargis, qui comprennent en général une ville centre, dense, et une couronne de petites communes rurales. Les projets menés à l’échelle de l’agglomération ne peuvent donc pas être strictement urbains : ils doivent inclure les défis posés par le péri-urbain, le rurbain, et le lien urbain/rural. Les projets européens ne permettent pas la prise en compte de ces nuances. L’agenda urbain doit permettre, pour Villes de France, d’inclure les dimensions périurbaines, rurbaines et rurales, et d’émarger au FEDER/FSE mais aussi, et en même temps, au FEADER.
Plus qu’une meilleure concertation : rendre l’UE plus accessible aux élus
Villes de France a formulé quelques propositions concrètes à la Commission :
- Donner une priorité au soutien à l’ingénierie, et impliquer les échelons intermédiaires entre UE et villes (Etat, Régions) pour leur faire bénéficier du soutien technique disponible.
- Identifier les relais de l’information et proposer une communication adaptée aux élus
- Proposer une version multilingue de URBACT, la plateforme consacrée à l'urbain en Europe
- Proposer une mesure spécifique dédiée à l'urbain dans le programme l'Europe pour les Citoyens
- Réaliser un inventaire complet des mesures abordant l'urbain dans les programmes européens et dans la législation européenne impactant ce champ, et proposer un guide synthétique des mesures disponibles.
                                             Retrouver la contribution complète de Villes de France à la consultation

n°11

01 Oct 2014

2






Partager sur :



Directeur de la publication
Présidente : Caroline CAYEUX, maire de Beauvais, présidente de la CA du Beauvaisis

Directeur délégué
Jean-François DEBAT, maire de Bourg-en-Bresse, président de la CA Bourg-en-Bresse Agglomération

Rédacteur en chef
Bastien Régnier

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Jean-Sébastien Sauvourel, Adrian Philip

Secrétariat
Anissa Ghaidi