ONDES
URBAINES

Ondes urbaines n°312 - 09/09/2021

Centre-ville et Commerce

Le président de la République impulse l’acte 2 d’Action Cœur de Ville



Le président de la République a profité de la journée Nationale Action Cœur de Ville de l’ANCT (Agence nationale de la cohésion des territoires) pour confirmer les contours de la pérennisation du Programme ACV jusqu’en 2026, comme cela avait été annoncé par le Premier ministre au Congrès de Blois de Villes de France en juillet dernier. La journée, qui s’est tenue le mardi 7 septembre à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, a été l’occasion de précisions importantes pour la mise en chantier de « l’acte 2 ».

Une méthode saluée pour ses résultats
Élaboré en concertation avec l’association Villes de France et les trois partenaires financiers nationaux (la Banque des territoires, Action logement et l’Agence nationale de l’habitat), le programme national Action Cœur de Ville avait initialement vocation à répondre - lors de son lancement en 2018 - à une double ambition : améliorer les conditions de vie des habitants des villes moyennes et conforter le rôle de moteur de ces villes dans le développement du territoire en investissant prioritairement dans la revitalisation des cœurs de ville. Après quatre années de mise en route, il appartenait dorénavant d’envisager une nouvelle étape pour l’après-crise sanitaire. Dans son message d’accueil du président, Caroline Cayeux, maire de Beauvais et présidente de l’ANCT, a d’ailleurs souligné que les villes moyennes avaient « tous les atouts pour répondre aux attentes des Français après la crise du Covid-19, en particulier pour la qualité de vie », comme cela avait été montré notamment à travers les résultats du dernier Baromètre des Territoires de Villes de France (en partenariat avec l’ANCT et la Banque des Territoires).

 



Des annonces d’enrichissement du programme
Dans le préambule de son intervention, Emmanuel Macron a d’abord rendu hommage très appuyé aux élus locaux et aux partenaires institutionnels du programme dont l’action collective a été présentée comme particulièrement exemplaire, au regard de la méthode et des résultats concrets obtenus sur le terrain. Aussi, le président de la République a présenté de nouvelles mesures en faveur des villes moyennes au cours de son intervention pour les années à venir, soit respectivement : « la pérennisation du fonds friches de 650 millions d’euros pour la réhabilitation des friches en milieu urbain » ; « 350 millions supplémentaires issus des fonds européens pour contribuer aux projets de redynamisation des centralités », « l’extension de la méthode Action Cœur de Ville aux projets dans les entrées de ville et les zones de gares », « la prolongation du processus de défiscalisation Denormandie pour les travaux de réhabilitation des logements, au-delà de 2022 » (cette défiscalisation pour les propriétaires bailleurs investissant dans l’ancien devait s’achever au 31 décembre 2022), et « la poursuite d’actions de décentralisation des services publics » (avec la création de « 100 manufactures de proximité » et la « décentralisation d’antennes sur le modèle de la DGFIP »).

Création d’une « taskforce » et les trois axes futurs
Cette journée riche en échanges avec un large panel de professionnels et d’élus, a aussi été l’occasion de présenter les trois axes à venir du programme : la résilience face au changement climatique, les transitions démographiques, et la relocalisation de l’activité productive. La ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault a, en particulier, annoncé la création d’une « taskforce », confiée au préfet Rollon Mouchel-Blaisot (le directeur du programme), avec les trois partenaires financiers d’Action Cœur de Ville (Banque des Territoires, Action Logement et Anah) et l’État. Cette instance sera « chargée de préciser les périmètres d’intervention, d’identifier les nouveaux thèmes, et d’estimer aussi les besoins financiers correspondant ». Elle a en outre précisé que les élus locaux auront vocation à être associés à cette réflexion collective, devant aboutir au premier trimestre de l’année 2022. Concrètement, pour la ministre, « il ne s’agit pas de révolutionner ACV, nous restons sur des rails, mais nous préparerons la nouvelle étape pour nous inciter à accélérer et à amplifier notre intervention en réfléchissant à de nouveaux champs d’action, en mobilisant de nouveaux outils ».

En savoir plus :
- La vidéo du discours du Président de la République
- Le texte du discours de la ministre Jacqueline Gourault
- Les vidéos de la journée sur le site de l’ANCTv
- La page dédiée au programme (site ANCT)
- Le catalogue illustré des réalisations ACV
- Le dossier de presse du programme Action Cœur de Ville

n°312

09 Sept 2021

2



Partager sur :

Directeur de la publication
Présidente : Caroline CAYEUX, sénateur-maire de Beauvais, présidente de la CA du Beauvaisis

Directeur délégué
Jean-François DEBAT, maire de Bourg-en-Bresse, président de la CA Bourg-en-Bresse Agglomération

Rédacteur en chef
Bastien Régnier

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Jean-Sébastien Sauvourel,Adrian Philip

Secrétariat
Anissa Ghaidi