ONDES
URBAINES

Ondes moyennes n°527 - 13/10/2010

Mobilité durable dans les villes intermédiaires - Les solutations innovantes pour plus d’attractivité


Dans le cadre d’un événement organisé le 6 octobre dernier par le Groupement des autorités responsables de transports (GART) à Amiens, en partenariat avec la Fédération des Maires des Villes Moyennes (FMVM), Caroline Cayeux, maire de Beauvais et présidente de la CA du Beauvaisis, est intervenue pour rappeler quelles étaient les solutions innovantes pour une meilleure attractivité dans les villes moyennes. Caroline Cayeux a précisé en ouverture de cette journée qu’avec une densité généralement inférieure à celle des grandes villes, les villes moyennes et intermédiaires avaient besoin d’engager des investissements proportionnellement plus importants pour assurer une alternative à la voiture particulière. 
Au-delà de ce handicap, la représentante de la FMVM a souligné que les villes moyennes sont aussi - compte tenu d’une dimension propice à l’expérimentation - parmi les premières à avoir développé des micro bus à thèmes (marché, balade, loisirs,…), des navettes de centre-ville ou des navettes assurant la liaison avec des parkings relais situés en proche périphérie. En termes de réseaux, et face aux besoins contrastés d’une agglomération étendue, qui relie l’urbain au rural, les villes moyennes adoptent de plus en plus les lignes « haute fréquence » et BHNS qui se situent au cœur d’une palette variée de produits de transports (transports à la demande, services réguliers taxi, services péri urbain par autocars, navettes de centre-ville et lignes régulières urbaines). 
En outre, parmi les autorités organisatrices de transports urbains, les villes moyennes sont également les premières à avoir franchi le pas d’une ouverture totale de leurs réseaux, avec la mise en œuvre de la gratuité.

La gare et ses emprises
Au-delà de ces caractéristiques essentielles, la maire de Beauvais a insisté lors de cette journée sur la dimension « quartier gare » en villes moyennes, tout à fait primordiale pour rendre les réseaux attractifs. Ce quartier se situe historiquement en villes moyennes en périphérie du centre ancien (ces gares sont souvent à 10 minutes à pied du centre historique), mais étalement urbain oblige, la gare est aujourd’hui relativement proche des nouveaux cœurs de villes. Le quartier gare fait donc partie de ces zones où l’habitat social et intermédiaire se mêle à certaines friches, il est un véritable lieu stratégique pour développer l’innovation. Pour redonner une plus grande place aux transports collectifs, un très grand nombre de villes moyennes se sont lancées dans des démarches de requalification intégrée de ces quartiers, et de plus en plus d’agglomérations s’engagent dans la réalisation de pôles d’échanges intermodaux.
Dans un contexte assumé d’ouverture à la concurrence du marché des transports de voyageurs, mais aussi devant l’intérêt des services à se développer autour des gares, la représentante de la FMVM a insisté pour dire - en droite ligne avec le rapport de Fabienne Keller sur la « gare contemporaine » (mars 2009) - qu’il lui apparaissait cohérent que les villes moyennes et leurs agglomérations restent chef de file pour le développement et l’animation de ces pôles d’attractivité. Les contraintes d’accessibilité, l’amélioration de l’intermodalité, la rationalisation des politiques de déplacement et le développement du stationnement, la sécurité des voyageurs, et les retours sur investissements à moyen terme (parkings, billetique, services de proximité…) sont en effet autant de motifs qui plaident pour l’accélération des projets des gares des villes intermédiaires.   

n°527

13 Oct 2010

2






Partager sur :



Directeur de la publication
Jean-François DEBAT, maire de Bourg-en-Bresse, président de la CA Bourg-en-Bresse Agglomération

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Jean-Sébastien Sauvourel, Adrian Philip

Secrétariat
Anissa Ghaidi