ONDES
URBAINES

Ondes moyennes n°549 - 22/03/2011

Gestion du patrimoine


Le 1er mars, le Conseil d’analyse économique (CAE) a remis au ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, un rapport intitulé « Valoriser le patrimoine culturel français ». Ce rapport vise notamment à justifier le bien-fondé de l’intervention publique dans le secteur du patrimoine et ce, pour plusieurs motifs :

- la définition du patrimoine comme bien public ;
- l’écart entre les coûts fixes (élevés) engendrés par la gestion du patrimoine et les rendements (décroissants) offerts par le patrimoine (en raison notamment de la gratuité croissante de l’accès aux sites patrimoniaux) ;
- les externalités positives entrainées par la valorisation du patrimoine au profit du secteur touristique et commercial ;
- l’inégale intervention des acteurs économiques sur le territoire.
Les auteurs du rapport soulignent deux situations dommageables pour le patrimoine français : d’une part, l’inégale fréquentation des sites sur le territoire (certains musées et monuments étant quasiment « délaissés » par le public) ; d’autre part, l’accès insuffisant des Français au patrimoine immatériel. Le rapport suggère donc de mieux valoriser les sites peu visités (par exemple en renforçant la protection du patrimoine de proximité et en accueillant davantage de visiteurs scolaires) et de rendre 
le patrimoine immatériel accessible gratuitement (notamment en accompagnant la numérisation du patrimoine par le biais du Grand emprunt, en valorisant les métiers d’art et en soutenant le recrutement dans ces filières).
Plusieurs propositions sont également avancées pour soutenir la gestion publique du patrimoine :
1) une participation financière accrue des professionnels du tourisme, à travers notamment l’augmentation de la taxe de séjour (qui s’élèverait à 6% du tarif d’une nuitée) et un doublement des tarifs des musées nationaux pour les visiteurs hors Union européenne (pratique déjà courante dans d’autres pays) ;
2) l’instauration d’une tarification plus souple dans les musées et les monuments historiques, variable en fonction de la date et de l’horaire des visites ;
3) la création de fonds de dotation pour les grands musées, sur le modèle anglo-saxon.
Synthèse du rapport :
 

n°549

22 Mars 2011

2






Partager sur :



Directeur de la publication
Jean-François DEBAT, maire de Bourg-en-Bresse, président de la CA Bourg-en-Bresse Agglomération

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Jean-Sébastien Sauvourel, Adrian Philip

Secrétariat
Anissa Ghaidi