ONDES
URBAINES

Ondes urbaines n°271 - 24/09/2020

Urbanisme

Évaluer les bénéfices de la reconversion de friches pour lutter contre l'artificialisation



L’ambition du « Zéro artificialisation nette » (ZAN), affichée par le Plan Biodiversité, impose d’interroger les modèles d’aménagement du territoire, de la fabrique de la ville, mais également les modes de vie, les façons de se loger et de se déplacer. Ce changement de paradigme nécessite des outils pour éclairer les choix et aider à la décision. Mais la remise en état des friches (déconstruction, désamiantage, dépollution) est un préalable coûteux qui contraint nombre de projets de reconversion (bilan économique déficitaire). Toutefois, c’est une approche partielle qui n’intègre pas l’ensemble des effets qu’un tel projet peut induire (ex : amélioration de l’attractivité d’un quartier, réduction du besoin en infrastructures et en déplacements, maintien de capacité de stockage de carbone dans les sols, etc.). Pour aider les collectivités, l’outil « Benefriches » de l’ADEME (l’Agence de la transition écologique), présenté lors des Journées techniques "Reconvertir les friches polluées" les 10 et 11 septembre 2020, permet de quantifier les bénéfices nets socio-économiques et environnementaux d’un projet d’aménagement pour aider les collectivités et acteurs de l’aménagement à orienter leurs choix d’implantation entre le renouvellement urbain et l’extension urbaine, voire entre différents scénarios d’usage sur une même friche. L’application de l’outil « Benefriches » à quatre opérations démontre que la reconversion de friches génère des bénéfices nets socio-économiques pouvant « compenser » le déficit économique de l’opération. Par ailleurs, notons aussi que Villes de Gilly-Sur-Isère (Savoie), Anet (Eure-et-Loir),

 

Charleville-Mézières (Ardennes), Pantin (Seine-Saint-Denis) et Surgères (Charente-Maritime), l’EPA Euroméditerranée (Bouches-du-Rhône) ont été les lauréats de la 10e édition de son appel à projets pour dépolluer des friches en vue de leur reconversion. Ces projets ont été sélectionnés par l’ADEME, suite aux avis d’un comité externe. Ces projets visent « une diversité d’usages, par exemple répondre à un besoin de logements, recréer une centralité en cœur de ville ou encore créer un parc urbain destiné à apporter de la nature en ville et créer un îlot de fraîcheur ».

Lire la synthèse

n°271

24 Sept 2020

2






Partager sur :



Directeur de la publication
Présidente : Caroline CAYEUX, maire de Beauvais, présidente de la CA du Beauvaisis

Directeur délégué
Jean-François DEBAT, maire de Bourg-en-Bresse, président de la CA Bourg-en-Bresse Agglomération

Rédacteur en chef
Bastien Régnier

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Jean-Sébastien Sauvourel

Secrétariat
Anissa Ghaidi