ONDES
URBAINES

Ondes urbaines n°283 - 07/01/2021

Environnement

Un nouvel indice Atmo pour la qualité de l'air en vigueur depuis le 1er janvier



Créé en 1994 par le ministère chargé de l’environnement et par plusieurs associations, l'indice Atmo, mesurant au quotidien la qualité de l'air dans les grandes agglomérations à partir des concentrations de quatre polluants (dioxyde de soufre, dioxyde d’azote, ozone et particules fines PM-10) intègre désormais un cinquième polluant réglementé, les particules fines PM2,5. Il va également fournir une prévision calculée à l’échelle de chaque intercommunalité. Dans le même temps, le niveau « très bon » a disparu et le niveau « extrêmement mauvais » a été ajouté. Le nouvel indice qualifie donc l’état de l’air selon six classes : Bon / Moyen / Dégradé / Mauvais / Très mauvais / Extrêmement mauvais, avec un code couleur s'étendant du bleu (bon) au magenta (extrêmement mauvais).

 



La France, mauvaise élève de la qualité de l’air
Cet indice se fonde sur des prévisions journalières et comporte une marge d’incertitude, à l’image des bulletins météorologiques. Il ne permet donc pas de dégager des tendances sur plusieurs mois ou années. Il est indépendant de la gestion des pics de pollution qui permet d’enclencher les dispositifs préfectoraux d’information, de recommandation et d’alerte. Son lancement intervient alors que la France risque une nouvelle condamnation de la Cour de justice de l’Union européenne, après celle d’octobre 2019. En juillet dernier, le Conseil d’État a ordonné au gouvernement de prendre sous six mois des mesures pour lutter contre la pollution de l’air, au risque de se voir infliger une astreinte de 10 millions d'euros par semestre de retard, soit le montant le plus élevé jamais imposé pour contraindre l’État à exécuter une décision administrative.

Publication Villes de France, Veolia et Cerema sur la qualité de l’air intérieur
Dans le même temps et alors que la Covid-19 met en lumière la problématique de la qualité sanitaire à l’intérieur des bâtiments, Veolia, le Cerema et Villes de France publient un Cahier des solutions locales ​« Gagner le combat de l’air intérieur dans les Villes de France, clés de la réussite sur un mandat ». Ce document a pour objectif de donner aux élus les solutions pour agir et améliorer durablement la qualité de l’air de leurs bâtiments. Il révèle les enjeux et propose d’élaborer une véritable politique locale pour la qualité de l’air intérieur. Des exemples de communes qui ont mis en place des actions dans les crèches et les écoles, les piscines ou encore les hôpitaux viennent illustrer la démarche.

Accéder à la publication
Télécharger le communiqué de presse

n°283

07 Jan 2021

2



Partager sur :

Directeur de la publication
Présidente : Caroline CAYEUX, sénateur-maire de Beauvais, présidente de la CA du Beauvaisis

Directeur délégué
Jean-François DEBAT, maire de Bourg-en-Bresse, président de la CA Bourg-en-Bresse Agglomération

Rédacteur en chef
Bastien Régnier

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Jean-Sébastien Sauvourel,Adrian Philip

Secrétariat
Anissa Ghaidi