ONDES
URBAINES

Ondes urbaines n°216 - 07/05/2019

Santé

Villes de France auditionnée par le Sénat



Dans le cadre de l’examen du Projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de Santé au Sénat, Villes de France était auditionnée par la Commission de l’aménagement du territoire et du développement saisie pour avis sur ce texte.
A l’invitation du Sénateur Jean-François Longeot, Rapporteur pour avis, Charlotte Colignon, élue à Beauvais, a rappelé la situation des villes moyennes et les positions de notre association sur ce texte, et sur la problématique essentielle de l’accès aux soins dans les territoires.
Si certaines mesures du texte vont dans le bon sens (suppression du numérus clausus, création des projets territoriaux de santé…), il a été rappelé les inquiétudes de Villes de France sur les hôpitaux de proximité. Quid de la cartographie de ces hôpitaux de proximité ? Quels praticiens interviendront dans ces hôpitaux qui n’auraient plus d’activité de chirurgie ou de maternité ?
Cette audition a aussi été l’occasion d’évoquer nos propositions en matière de lutte contre la désertification médicale :

 


- Non-conventionnement par la sécurité sociale des praticiens dans les zones en sur-numéraire. Son principe serait de conventionner de nouveaux médecins que dans les zones ou le nombre de médecins par habitant est inférieur à un seuil fixé.
- Créer des « Territoires prioritaires de santé », placés au même rang de priorité que les « quartiers prioritaires » de la politique de la ville. Un tel dispositif permettrait une meilleure identification des enjeux transversaux de l’accès aux soins (liés aux questions de cadre de vie, d’attractivité économique, de mobilité, etc.) et devrait ouvrir le droit à de nouveaux financements de l’Etat.
- Développer la pratique de mutualisation des praticiens hospitaliers dans les bassins de vie afin d’élargir l’accès aux soins.
- Développer les formations de maître de stage des universités dans les zones sous-denses afin de s’assurer que davantage d’étudiants en médecine puissent effectuer des stages dans ces territoires.
- Inciter à l’expérimentation du concept de « responsabilité populationnelle » qui permet, par une étude des besoins en matière de santé d’un territoire, de proposer une offre de services accessibles, continus, globaux et de qualité en misant sur la prévention.
- Développer et accompagner tant techniquement que financièrement l’innovation en matière de télé-consultation, télé-médecine pour permettre l’accès à des expertises sur l’ensemble des territoires. Sur 400 millions de consultations, seules 1 à 2 % se font à distance aujourd’hui.
- Réaffirmer la place et le pouvoir de décision de l’élu dans les conseils de surveillance des centres hospitaliers. Aujourd’hui, les élus locaux n’ont plus un véritable de pouvoir de décision sur la politique menée par les hôpitaux, il s’agit de leur en redonner.

n°216

07 Mai 2019

2



Partager sur :

Directeur de la publication
Présidente : Caroline CAYEUX, maire de Beauvais, présidente de la CA du Beauvaisis

Directeur délégué
Jean-François DEBAT, maire de Bourg-en-Bresse, président de la CA Bourg-en-Bresse Agglomération

Rédacteur en chef
Jonathan Gainche

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Jean-Sébastien Sauvourel, Bastien Régnier

Secrétariat
Anissa Ghaidi