ONDES
URBAINES

Ondes urbaines n°216 - 07/05/2019

Institutions

Les associations d'élus réunies autour du Premier Ministre sur la mobilisation nationale et territoriale pour l'emploi et les transitions



Ce lundi 6 mai 2019, le Premier Ministre réunissait les associations d’élus rejointes ensuite par les partenaires sociaux autour des enjeux d’emplois et de transitions.
Edouard PHILIPPE a souhaité insister sur cinq points:
- Accompagner le développement de l’apprentissage en France
- Répondre aux offres d’emplois non pourvues
- Lever les freins à la reprise d’emploi
- Accompagner les transformations territoriales
- Développer l’écologie du quotidien
L’ensemble des associations d’élus a répond présent à cette invitation et a formulé ses propositions. Caroline Cayeux, Présidente de Villes de France, a pour sa part insisté sur 3 points largement partagés par les autres associations.
L’emploi est le premier facteur d’attractivité. Les villes moyennes représentées par Villes de France sont riches d’un tissu industriel essentiellement incarné par des petites ou moyennes entreprises. Des TPE et PME qui innovent et qui recrutent ! En complément du label territoires d’industrie qui s’adresse à 136 territoires industriels de France et qui attendent des financements concrets, il faut renforcer le maillage d’offre de formation d’apprentissage et d’enseignement supérieur (BTS...) en l’axant sur les besoins locaux et en laissant plus de latitude aux élus qui connaissent les besoins de leurs territoires.
Le développement économique de nos territoires ne peut par ailleurs être délié des questions de leur accessibilité. Nous attendons des réponses ambitieuses pour une réhabilitation plus forte des réseaux existants et pour les mobilités du quotidien, celles du trajet domicile - travail dont le coût pèse très fortement sur le budget de millions de ménages qui vivent dans notre réseau de villes.
Un effort accru devra enfin être porté sur les questions de logement et de qualité de l’habitat, plus économes en énergies. Les politiques du logement décidées par l’état doivent s’inscrire dans la durée afin de rassurer les ménages et les investisseurs. Il est urgent également d’assurer l’avenir du logement social. Les marges de manœuvre financières réduites des bailleurs sociaux posent un vrai problème de visibilité pour les collectivités et sur leur capacité à investir. Là encore, des réponses du gouvernement sont attendues.
Ces priorités doivent reposer sur un dialogue à renouveler avec les corps intermédiaires. Les élus locaux devront y avoir toute leur place et leur connaissance du terrain devra être entendue.
Enfin, le Premier Ministre a rappelé que dès le mois de juin, c’est à dire à l’issue des élections européennes, le chantier de la fiscalité locale et en premier lieu duquel le remplacement de la taxe d’habitation sera lancé à la concertation avec les associations d’élus. Villes de France insiste sur l’urgence d’ouvrir ce débat et de l’inscrire à l’aune du principe d’autonomie financière pour les collectivités représentées par l’association.

n°216

07 Mai 2019

2






Partager sur :



Directeur de la publication
Présidente : Caroline CAYEUX, maire de Beauvais, présidente de la CA du Beauvaisis

Directeur délégué
Jean-François DEBAT, maire de Bourg-en-Bresse, président de la CA Bourg-en-Bresse Agglomération

Rédacteur en chef
Jonathan Gainche

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Jean-Sébastien Sauvourel, Bastien Régnier

Secrétariat
Anissa Ghaidi