ONDES
URBAINES

Ondes urbaines n°167 - 07/03/2018

Europe

Villes de France rencontre la commissaire européenne Corina Cretu


Une délégation d’élus* de Villes de France a eu l’opportunité de rencontrer la commissaire européenne en charge de la politique régionale, Corina Cretu, lors d’un déjeuner le jeudi 1er mars, à l’occasion de son déplacement à Paris. Les élus ont ainsi pu défendre la contribution de Villes de France et de l’Association des Petites Villes de France (APVF) sur l’avenir de la politique de cohésion (à retrouver sur villesdefrance.fr). Les deux associations ont par ailleurs rejoint l’Alliance pour la Cohésion, mouvement européen de défense des fonds structurels pour tous les territoires.
A l’ordre du jour de cette rencontre : le futur cadre budgétaire pluriannuel et la défense des fonds structurels et d’investissement européens pour les territoires, les opportunités européennes pour le développement économique des villes et intercommunalités de taille moyenne, et les enjeux des futures élections européennes.
Des villes moyennes à mettre au cœur du projet européen
La commissaire Cretu a rappelé l’importance des villes moyennes dans le lien entre l’urbain et le rural, elle a également évoqué les défis auxquels les villes de taille moyenne doivent faire face, notamment afin d’investir dans le territoire et retenir les populations jeunes. Elle a appelé à défendre la politique de cohésion et la politique agricole commune dans le cadre des négociations sur le budget européen, la Commission devant remettre sa proposition le 2 mai. Enfin, elle a souligné la place essentielle des maires qui doivent souvent agir dans l’urgence, ce à l'inverse d'un tempo plus long pour la Commission européenne.
Jean-Marc Vayssouze-Faure, maire de Cahors, vice-président de Villes de France, a évoqué le rôle majeur des financements européens pour les projets dans les territoires, ils sont un argument fort pour l’Union européenne auprès des citoyens. Les villes de taille moyenne font face au défi de la reconquête des cœurs de villes qui concentrent les difficultés comme les inégalités sociales ou encore les commerces en déshérence. Ces projets de territoire doivent pouvoir être portés par l’Union européenne.
Le député Didier Quentin, conseiller municipal de Royan, a défendu les enjeux spécifiques des territoires que le géographe Christophe Guilluy nomme « la France périphérique ». Il a évoqué les inégalités sociales et territoriales comme l’une des raisons du « Brexit ». Concernant les opportunités liées aux fonds européens, il a rappelé que les maires sont insuffisamment informés. De même, une meilleure communication sur les apports européens est essentielle car les citoyens de certaines collectivités sont opposés au projet européen alors même que leur territoire en bénéficie grandement via les fonds.
Denise Bocquillet, première adjointe au maire d’Arras, a appelé à une prise de conscience de la place des villes moyennes, les métropoles et espaces ruraux bénéficiant davantage de politiques dédiées et souvent de financements. Les élus locaux ont besoin d’accompagnement afin de profiter des opportunités européennes et de les faire connaître aux citoyens.
*La délégation était composée de : Jean-Marc VAYSSOUZE-FAURE, maire de Cahors, président de la CA du Grand Cahors, vice-président de Villes de France ; Didier QUENTIN, député, membre de la commission des affaires européennes, conseiller municipal de Royan et de la communauté d’agglomération Royan Atlantique, ancien maire de Royan ; Denise BOCQUILLET, conseillère départementale, première adjointe au maire d’Arras, Monsieur Frédéric Leturque.

 

 

n°167

07 Mars 2018

2






Partager sur :



Directeur de la publication
Présidente : Caroline CAYEUX, maire de Beauvais, présidente de la CA du Beauvaisis

Directeur délégué
Jean-François DEBAT, maire de Bourg-en-Bresse, président de la CA Bourg-en-Bresse Agglomération

Rédacteur en chef
Jonathan Gainche

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Jean-Sébastien Sauvourel

Secrétariat
Anissa Ghaidi